Histoire de l'hôtel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Histoire de l'hôtel

Message  stephanie le Lun 9 Juil - 19:38

Comme tous les hôtels, le Domaine Langmatt a son histoire son âme...histoire que je vais essayer de vous raconter(je prendrais mon temps).
Le Domaine Langmatt c'est une histoire humaine une histoire de plus de 47 années, c'est une vie, une rencontre de quatre générations...avec des moments difficiles mais aussi et surtout des moments de joies et d'amour...des naissances...des rencontres...
La Langmatt c'est mon petit paradis à moi, un endroit où le temps s'arrête...et où la magie du lieu s'installe...et dire qu' à l'époque ce n'était qu'un petit marais...
Nous pouvons encore découvrir aujourd'hui les ruines de l'ancienne bergerie...et des vieilles granges qui servaient à l'époque au stockage des foins mais ce sont les vestiges du passé....mais pas n'importe quel passé...
Quand les premiers propriétaires du lieu ont découvert cet endroit, ils sont tombés sous le charme, ils étaient en promenade avec leurs amis et décidèrent d'acheter ensemble une petite parcelle pour y installer un chalet pour leurs vacances "Mon Repos", petit chalet blanc qui existe toujours aujourd'hui....
C'est ainsi que commença l'aventure de la Langmatt...par une rencontre de l'homme et de la nature...
Bernard, je ne l'ai vu qu' une seule fois, il avait l'air d'être un gentil monsieur, avec du caractère mais d'après les gens qui l'ont connu c'était un bon vivant...Marthe était le pilier, la petite maman, celle qui ne comptait pas ses heures, une femme remarquable, exemplaire...(La guerre lui avait pris ses parents et sa soeur..) avec un coeur en or et une grande intelligence d'esprit...Le genre de rencontre qui vous marque pour toute une vie...elle était toujours là pour les autres, j'ai pu admirer son courage et son amour de la vie..Je crois que le moteur de madame Bisel c'était l'amour, elle était authentique. Je vous parle de ces deux personnes car elles sont à l'origine de l'aventure....Mais je dois aussi vous parler du fils Jean-Paul dont le rêve d'enfant était de devenir un jour hôtelier à la Langmatt, un rêve que ses parents lui ont permis de réaliser...Le petit Jean-Paul était asthmatique, c'est pourquoi, ses parents et lui passèrent souvent leurs week-ends et leurs vacances dans le vallon de Murbach car leur médecin leur avait dit à l'époque que la moyenne montagne est l'endroit idéal pour de tels problèmes de santé. C'est comme cela que pendant des années la petite famille Bisel fit de la Langmatt leur deuxième
foyer...Quelques années plus tard en 1962-1963 ils construisirent le deuxième chalet en bois situé au milieu du parc qu'ils baptisèrent La Biche...
Dans la même année 1963, la famille Bisel bâtit un châlet qui devint par la suite l'aile centrale de l'hôtel dans lequel se trouve aujourd'hui le restaurant.Le grand châlet fut exploité pendant des années en location de vacances jusqu' en 1977...par contre nous avons encore le plaisir de revoir à la Langmatt des familles qui jadis venaient à l'époque du début et qui partagent avec la famille cette histoire...
En 1978, le restaurant Langmatt a ouvert ses portes et en 1982 les 7 premières chambres furent ouvertes...un peu après les naissances de Bernard(le gérant actuel de la société familiale) et de Bertrand(notre chef cuisinier)...En 1985, construction de l'aile gauche celle où se cache la piscine chauffée, le sauna, le solarium et la salle de sport...
Ce que j'aime beaucoup c'est le paysage vu de la piscine....surtout quand il neige au dehors et que vous vous trouvez dans une eau agréable...
La Langmatt, c'est aussi les saisons qui passent, la nature qui évolue, la surprise d'apercevoir une biche, un faon ,des papillons, une grue ou un héron ...
La Langmatt c'est la belle vue sur le Petit Ballon....et c'est le calme (non loin de la ville) tel un petit paradis perdu...
Et au fil des saisons la vie passe, même si le visiteur peut rompre avec le temps et le stress de la vie pendant quelques jours ou quelques minutes, les générations elles passent le témoin. Bernard le grand-père quitta la Langmatt en 1999 peu avant mon arrivée, et Marthe le rejoigna 5 ans plus tard(mais l'on sent encore les marques de leur passage). Marthe eut cependant la chance de connaitre ses arrières petits enfants Jean (né en 2001) et Alexandre(2003)le fils de Barbara une joyeuse petite bande...Pour le petit Jean c'était comme une deuxième maman..Alexandre était malheureusement trop petit pour s'en souvenir...
Barbara a rejoint la Langmatt en 2001, et y a apporté sa pierre, sa jeunesse...un nouveau sourire qui n'efface pas l'ancien mais qui le poursuit ...
Moi aussi Marthe m'a marquée, par sa simplicité, son courage, son bon coeur et son amour de la vie.. Elle a finalement marqué tous ceux qui l'ont connu...
Et c'est son esprit qui guide et guidera toujours la Langmatt...
La plus belle période c'est celle de l'avent, la maison est décorée et le feu chante dans la cheminée...
Noël, une période qui se veut de joie et de paix...un beau sapin près de la cheminée...la préparation comme chaque année des petits fours de Noël, cela me rappelle tant la grosse boite de gâteau chez ma grand-mère remplie de petits fours de toutes sortes qui me faisaient tant envie, et qui me donnent ce désir de reproduire ces traditions locales pour ne pas qu'ellles se perdent et surtout pour avoir la joie de les confectionner et de les offrir...Cette période fraiche mais si chère à mon coeur...
A mon arrivée à la Langmatt, j'ai eu la chance de partager la confection des petits gâteaux avec Marthe, c'est un souvenir inoubliable.Je n'oublierais jamais ses petites astuces de grand-mère...c'est une richesse si chère à mon coeur...
Je viens d'accrocher du gui dans la maison, pour que les amoureux qui séjourneront chez nous puissent au Réveillon s'embrasser dessous, cela porte chance, il paraît.
Ce 20 décembre, il fait beau, le soleil brille et je m'emerveille comme chaque hiver sur le Petit ballon enneigé sous un ciel bleu...C'est si romantique, si calme, si doux, si beau...
Bientôt Noël... santa

stephanie
V.I.P
V.I.P

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 40
Localisation : Domaine Langmatt
Loisirs : Natation Lecture
Date d'inscription : 07/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Histoire de l'hôtel

Message  stephanie le Mar 4 Mar - 1:56

Nous sommes en mars 2008, rien n'a vraiment changé...la nature est toujours aussi jolie quand elle ne fait pas de caprices...Emma est passée par l'Alsace et nous a donnée de belles bourasques de vents...
Jean-Paul et Bertrand ont installés une grosse pierre à l'endroit considéré comme le plus porteur en bonnes vibrations..Je trouve la pierre magnifique elle ressemble à un dolmen imparfait et nous plonge dans une autre réalité...
Souvent je me dis que je vis dans un endroit magnifique...ah si tout la terre pouvait goûter à cette nature, à ce calme... rompre avec le temps rien qu'un instant avant de reprendre le cours de sa vie...Les deux grosses carpes se sont bien habituées à l'étang...et se promènent toujours côte à côte...
A bientôt...

stephanie
V.I.P
V.I.P

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 40
Localisation : Domaine Langmatt
Loisirs : Natation Lecture
Date d'inscription : 07/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Histoire de l'hôtel

Message  stephanie le Mer 28 Jan - 0:35

Nous sommes bientôt à la fin du mois de janvier 2009, bientôt à nouveau une année de passée...le temps s'enfuit à toute vitesse mais la nature reste toujours la même belle mystérieuse et rebelle..
Elle nous couvre de sa douceur et nous offre les plus beaux paysages, la paix et le calme quand tout se déchaine au dehors....
Elle me fait penser au Poème de Lamartine :


Le vallon Alphonse de LAMARTINE
(Recueil : Méditations poétiques)
Mon coeur, lassé de tout, même de l'espérance,
N'ira plus de ses voeux importuner le sort ;
Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance,
Un asile d'un jour pour attendre la mort.

Voici l'étroit sentier de l'obscure vallée :
Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais,
Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée,
Me couvrent tout entier de silence et de paix.

Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure
Tracent en serpentant les contours du vallon ;
Ils mêlent un moment leur onde et leur murmure,
Et non loin de leur source ils se perdent sans nom.

La source de mes jours comme eux s'est écoulée ;
Elle a passé sans bruit, sans nom et sans retour :
Mais leur onde est limpide, et mon âme troublée
N'aura pas réfléchi les clartés d'un beau jour.

La fraîcheur de leurs lits, l'ombre qui les couronne,
M'enchaînent tout le jour sur les bords des ruisseaux,
Comme un enfant bercé par un chant monotone,
Mon âme s'assoupit au murmure des eaux.

Ah ! c'est là qu'entouré d'un rempart de verdure,
D'un horizon borné qui suffit à mes yeux,
J'aime à fixer mes pas, et, seul dans la nature,
A n'entendre que l'onde, à ne voir que les cieux.

J'ai trop vu, trop senti, trop aimé dans ma vie ;
Je viens chercher vivant le calme du Léthé.
Beaux lieux, soyez pour moi ces bords où l'on oublie :
L'oubli seul désormais est ma félicité.

Mon coeur est en repos, mon âme est en silence ;
Le bruit lointain du monde expire en arrivant,
Comme un son éloigné qu'affaiblit la distance,
A l'oreille incertaine apporté par le vent.

D'ici je vois la vie, à travers un nuage,
S'évanouir pour moi dans l'ombre du passé ;
L'amour seul est resté, comme une grande image
Survit seule au réveil dans un songe effacé.

Repose-toi, mon âme, en ce dernier asile,
Ainsi qu'un voyageur qui, le coeur plein d'espoir,
S'assied, avant d'entrer, aux portes de la ville,
Et respire un moment l'air embaumé du soir.

Comme lui, de nos pieds secouons la poussière ;
L'homme par ce chemin ne repasse jamais ;
Comme lui, respirons au bout de la carrière
Ce calme avant-coureur de l'éternelle paix.

Tes jours, sombres et courts comme les jours d'automne,
Déclinent comme l'ombre au penchant des coteaux ;
L'amitié te trahit, la pitié t'abandonne,
Et seule, tu descends le sentier des tombeaux.

Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime ;
Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours
Quand tout change pour toi, la nature est la même,
Et le même soleil se lève sur tes jours.

De lumière et d'ombrage elle t'entoure encore :
Détache ton amour des faux biens que tu perds ;
Adore ici l'écho qu'adorait Pythagore,
Prête avec lui l'oreille aux célestes concerts.

Suis le jour dans le ciel, suis l'ombre sur la terre ;
Dans les plaines de l'air vole avec l'aquilon ;
Avec le doux rayon de l'astre du mystère
Glisse à travers les bois dans l'ombre du vallon.

Dieu, pour le concevoir, a fait l'intelligence :
Sous la nature enfin découvre son auteur !
Une voix à l'esprit parle dans son silence :
Qui n'a pas entendu cette voix dans son coeur ?

OUi Dame Nature n'a pas changé, elle est ce lieu qui adoucit et qui console....

stephanie
V.I.P
V.I.P

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 40
Localisation : Domaine Langmatt
Loisirs : Natation Lecture
Date d'inscription : 07/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Histoire de l'hôtel

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum